Juho Valtanen is currently one of the top Finnish kart drivers on the international scene. Racing in OK, he has just won the first event of the French Championship and managed to mount the second step of the podium at the opening of the FIA Karting European Championship in Angerville. Under the colours of the team Kohtala Sports, he has started an ambitious programme in 2019 with a specific goal: to win the next FIA Karting World Championship in Alahärmä, very close to his home in Finland!

Juho, you are still young, but you have been karting for almost 20 years …

Yes, I got into a kart at the age of three, and I’m about to celebrate my 23rd birthday in June 2019! My father, who was himself a kart racer, put me in a seat while I was still very small. I even found myself in races with other very young drivers from four years old! At first, it was really a "hobby", but I wanted to climb the ladder. First in Finland, then internationally.

Tell us about the highlights of your career?

While I was racing in KF-Junior in our family team with my father as a mechanic, I was lucky enough to be selected to participate in the FIA Karting Academy Trophy in 2011. I loved it, it was a good way to learn, progress and discover international races. I finished the year in 3rd position, which was a very good result. I also have a great memory of the 2017 FIA Karting World Championship in England, where I was on the third step of the podium in OK.

What is your opinion of OK?

This is an excellent category. I had already enjoyed KF2 and I admit that I am a little nostalgic for the manual front brake. It was very useful for overtaking. On the other hand, the OK has the advantage of being lighter and very powerful.

What is your favorite circuit?

Alahärmä. Not just because it’s in Finland, not far from my house. But especially for its very exciting and very fast track. An FIA Karting European Championship competition took place there in 2017 and I would have liked to be on the podium. I was well placed after the heats, but unfortunately I went off in the Final.

In the past, your international programme was not as full as it is today. What were the reasons?

Before, I raced more in Finland at the national level, because the international scene takes a lot of time and flying to other countries frequently. From now on, with the Kohtala Sports team, we really want to get great results in the FIA Karting Championships. We are trying to give ourselves what we need.

What do you think of your team and team manager?

Jussi Kohtala is a former driver who manages his team perfectly. Sometimes it’s very hard, but that’s the way you progress and become more rigorous and professional. He wants us to give our best on track, but we must be as focused in the awning. I am happy to progress in this team. With our Redspeed-IAME karts and our own engines, we are enjoying a very competitive technical package.

What are your goals in 2019?

The FIA Karting European Championship started well for me with a podium. Why not try for a win? But the big goal of the year is the World Championship. It’s close to home, in Finland, so I do not want to miss this opportunity. We have already worked hard since the beginning of the season, we have shown our ability to run at the front of the pack. The season is long, we will keep up the same level of performance, or even better, to beat our rivals in the World Championship. We are getting ready for this event.

Have you ever thought about KZ?

Not for the moment. My goal is to compete in OK, then to try to find the best solutions for my future.

There are now very young Drivers in the OK category. What do feel about this?

Some young people sometimes make silly mistakes, or tend to try too daring maneouvres. They have to mature, that’s normal. But the more we move forward, the better it goes.

What do you think of the penalty reduced to five seconds in case of incorrect position of the front fairing ?

Personally, I prefer it and I think a lot of drivers agree. No driver likes to be penalised. On a track like Angerville where the gaps are quite small at the finish, you can quickly find yourself at the bottom of the ranking with a 10 second penalty. It is always regrettable to miss a place in the Final because of a fairing out of position. Especially if the driver is not responsible for the impact, as can happen during a sudden slowdown on the formation lap.

The expression "Flying Finn", is just it a legend?

No, just look at the number of Finnish champions who have won track or rally titles. I think for many fans, motorsport is a religion in Finland. We take this very seriously and are determined to get the best results possible.

Do you follow Formula 1, do you have a favorite Driver?

I always follow the results of my compatriots more closely.

How do you see your future?

I hope I can become a professional driver one day. I think that opportunities could open up to me if I win the World Championship. If it can be in cars, I would be delighted, but I would be happy in karting. ******

Interview : Juho Valtanen

“L’organisation du Mondial en Finlande est une opportunité que je veux saisir !”

Juho Valtanen est actuellement l’un des tout meilleurs pilotes de karting finlandais sur la scène internationale. Engagé en OK, il vient de gagner la première épreuve du Championnat de France et a réussi à monter sur la deuxième marche du podium lors de l’ouverture du Championnat d’Europe FIA Karting à Angerville. Sous les couleurs du team Kohtala Sports, il s’est lancé un programme ambitieux en 2019 avec un objectif bien précis: remporter le prochain Championnat du Monde FIA Karting à Alahärmä, tout près de chez lui, en Finlande !

Juho, vous êtes encore jeune, et pourtant vous pratiquez le karting depuis près de 20 ans…

En effet, je suis monté dans un kart à l’âge de 3 ans, sachant que je m’apprête à fêter mes 23 ans en juin 2019 ! Mon père, qui a lui-même pratiqué le karting, m’a installé dans un baquet alors que j’étais encore tout petit. Je me suis même retrouvé dans des confrontations avec d’autres très jeunes pilotes dès 4 ans ! Au début, c’était vraiment un “hobby”, mais j’ai eu envie de gravir les échelons. D’abord en Finlande, puis à l’international.

Parlez-nous des moments forts de votre carrière?

Alors que je courais en KF-Junior dans notre structure familiale avec mon père comme mécanicien, j’ai eu la chance d’être sélectionné pour participer au Trophée Académie FIA Karting en 2011. J’ai beaucoup aimé, c’était une bonne manière d’apprendre, de progresser et de découvrir les courses internationales. J’ai fini l’année en 3e position, ce qui était plutôt un bon résultat. Je garde aussi un super souvenir du Championnat du Monde FIA Karting 2017 en Angleterre, où je suis monté sur la 3e marche du podium en OK.

Quel est votre avis sur le OK?

C’est une excellente catégorie. J’avais déjà apprécié le KF2 et j’avoue que je suis un peu nostalgique du frein avant manuel. C’était très utile pour doubler. En revanche, le OK a l’avantage d’être plus léger et très puissant.

Quel est votre circuit préféré?

Alahärmä. Pas seulement parce que c’est en Finlande, pas très loin de ma maison. Mais surtout pour son tracé très excitant et très rapide. Une Compétition du Championnat d’Europe FIA Karting s’y est déroulée en 2017 et j’aurais aimé me retrouver sur le podium. J’étais bien placé après les manches, mais malheureusement je me suis accroché en finale.

Par le passé, votre programme international n’était pas aussi étoffé qu’aujourd’hui. Pour quelles raisons?

Avant, je courais davantage en Finlande au niveau national, car l’international demande à être très disponible et de pouvoir prendre l’avion fréquemment pour se rendre dans les autres pays. Désormais, avec le team Kohtala Sports, on a vraiment la volonté de décrocher d’excellents résultats dans les Championnats FIA Karting. On essaye de s’en donner les moyens.

Comment jugez-vous votre équipe et votre team manager?

Jussi Kohtala est un ancien pilote qui gère parfaitement son équipe. Il est parfois très dur, mais c’est de cette façon que l’on progresse et que l’on devient plus rigoureux et plus professionnel. Il veut que l’on donne le meilleur sur la piste, mais qu’on soit aussi concentré dans sa structure. Je suis heureux d’évoluer dans ce team. Avec notre Redspeed-IAME et notre propre motoriste, nous bénéficions actuellement d’un ensemble technique vraiment compétitif.

Quels sont vos objectifs en 2019?

Le Championnat d’Europe FIA Karting a bien débuté pour moi avec un podium. Pourquoi pas essayer de le gagner? Mais le grand objectif de l’année, c’est le Mondial. C’est près de chez moi, en Finlande, je ne veux pas manquer cette opportunité. Nous avons déjà travaillé dur depuis le début de l’année, nous avons montré notre capacité à évoluer à l’avant du peloton. Maintenant, la saison est longue, il faudra garder ce même niveau de performance, voire mieux, pour battre nos adversaires au Championnat du Monde. On se prépare à fond pour cet événement.

Avez-vous déjà songé au KZ?

Pas pour le moment. Mon objectif reste de piloter en OK, puis de tenter de trouver les meilleures solutions pour mon avenir.

On trouve désormais des Pilotes très jeunes dans la catégorie OK. Quel est votre sentiment à ce sujet?

Certains jeunes commettent parfois des erreurs un peu stupides, ou ont tendance à tenter des manoeuvres trop audacieuses. Ils doivent mûrir, c’est normal. Mais plus on évolue aux avant-postes, mieux ça se passe.

Que pensez-vous de la pénalité réduite à cinq secondes en cas de mauvaise position du carénage avant ?

Personnellement, je préfère et je pense que beaucoup de pilotes sont dans mon cas. Aucun pilote n’aime être pénalisé. Sur une piste comme Angerville où les écarts sont assez réduits à l’arrivée, vous pouvez vite vous retrouver tout en bas du classement avec 10 secondes de plus. C’est toujours regrettable de manquer une place en finale à cause d’une mauvaise position de carénage. Surtout si le pilote n’est pas responsable du choc, comme cela peut arriver lors d’un ralentissement soudain dans le tour de chauffe.

L’expression “Finlandais volant”, est-ce une légende?

Non, il suffit de regarder le nombre de champions finlandais qui ont gagné des titres en circuit ou en rallye. Je pense que pour beaucoup de passionnés, le sport automobile est une religion en Finlande. Nous prenons cela très au sérieux et nous sommes déterminés à décrocher les meilleurs résultats possible.

Suivez-vous la Formule 1, avez-vous un Pilote préféré?

Je regarde toujours de plus près les résultats de mes compatriotes.

Comment voyez-vous votre avenir?

J’espère pouvoir devenir un jour pilote professionnel. Je pense que des opportunités pourraient s’ouvrir à moi si je gagne le Championnat du Monde. Si cela peut être en automobile, j’en serais ravi, mais pourquoi pas également en karting. © Photo FIA Karting/KSP